Cette carte résume l’état d’avancement d’une enquête de terrain menée dans le cadre de recherches doctorales et qui vise à interroger plus de 200 acteurs dans 20 territoires dotés d’une stratégie open data :

  • en vert, les territoires interrogés 
  • en rouge les territoires restant à interroger. 

Cette enquête a 2 objectifs :

  • identifier les savoir-faire et connaissances reconnus comme essentiels par ceux qui font l’open data au quotidien.
  • créer une plateforme collaborative sur laquelle on pourra trouver un ensemble d’outils et de contenus transmettant les connaissances et savoir-faire identifiés.

Pour accroitre la pertinence scientifique de la sélection des connaissances et savoir-faire, il est question d’interroger des territoires les plus hétérogènes possibles. Pour cela, cette enquête ambitionne de couvrir l’ensemble des écosystèmes open data en France.

 

Cet article a pour objet de lancer un appel aux élus/chefs de projets open data/responsables smart-city/géomaticiens/data-scientists/réutilisateurs des territoires déployant une stratégie open data. Il est question de rapides entretiens qui visent à identifier et à classer par ordre de priorité ces connaissances et savoir-faire.

Vous trouverez dans la suite de cet article les éléments qui dressent le contexte de cette enquête et les résultats auxquels elle pourrait aboutir avec votre concours.

Pour me contacter : arthur.sarazin@etu-iepg.fr 

 


 

Cela fait 1 an que je mène des recherches sur l’innovation de services issue de l’open dans les villes intelligentes. Mon sujet de thèse initial reposait sur 2 hypothèses :

  1. les villes constituent un périmètre d’étude aux frontières clairement établies. Autrement dit, il est possible d’étudier l’innovation de services dans chaque ville de France, indépendamment des relations qu’elles entretiennent avec d’autres entités comme les métropoles, les départements ou les régions.
  2. la principale barrière qui se dresse face à la réutilisation de l’open data dans des services innovants est d’ordre technologique. En clair, si les données ouvertes ne sont pas réutilisées, c’est que les systèmes d’information des villes ne sont pas adaptés aux exigences des réutilisateurs.

Cette deuxième hypothèse était particulièrement soutenue par bon nombre de publications scientifiques faisant état d’un gap entre l’offre et la demande d’open data. Parmi elles, citons un rapport de l’Open Government Partnership au titre particulièrement évocateur : Aligning supply and demand for better governance of open data

Or, après avoir mené 20 entretiens avec des élus et agents dans 8 collectivités (tableau ci-dessous), participé à des réunions d’entreprises sur la mise en place d’une démarche open data et travaillé avec l’équipe de Datactivist, ces hypothèses se sont effritées :

  1. si les villes ont en effet leur propre stratégie open data et créer quelques services locaux grâce à elle, les connexions établies avec l’extérieur sont telles qu’il est impossible de les considérer comme des entités indépendantes et hermétiques. Les villes, métropoles, départements et régions sont interdépendants. Que ce soit dans le recensement, la publication ou la réutilisation de l’open data, elles ne peuvent faire autrement que de collaborer.
  2. les moyens technologiques dont disposent les collectivités sont amplement suffisants pour stimuler la réutilisation de l’open data. La question n’est pas là mais plutôt dans l’appropriation par les élus et agents de celles-ci, et dans la compréhension du profond changement de paradigme qu’elles impliquent.

Dès lors, il n’est plus question d’interroger seulement les élus et agents des municipalités pour faire des études de cas sur leur système d’information. Il n’est plus question non plus d’interroger les freins technologiques des collectivités. Plutôt, il s’agit de rencontrer les agents des municipalités, départements, métropoles et régions d’un même territoire et de questionner leurs connexions. Aussi ne s’agit-il plus d’identifier les barrières technologiques mais plutôt de comprendre la façon dont les élus et agents s’approprient l’open data pour identifier ce qui bloque la libération de tout son potentiel d’innovation.

Et avec les 20 entretiens déjà menés, je peux poser l’hypothèse que le frein n’est ni un manque de compétences, ni de temps, ni de connaissances. La principale barrière serait l’absence d’un socle commun de connaissance et de savoir-faire qui donnerait une vision claire de la meilleure façon de construire, développer et entretenir une stratégie open data. Ces connaissances et savoir-faire existeraient bien mais seraient éparpillées dans l’hexagone et il manquerait aujourd’hui un intermédiaire au sein duquel les bonnes pratiques seraient inscrites, débattues et finalement validées par l’ensemble de la chaine de valeur de l’open data.

C’est vers la construction de ce socle commun de connaissances que mes recherches s’orientent et pour cela, je souhaite à m’entretenir avec un maximum de collectivités pour identifier les connaissances dont elles ont besoin et qui pourraient constituer les briques centrales de ce socle.

 

Le tableau ci-dessous recense les collectivités déjà interrogées et celles qui restent à rencontrer. Mon ambition est de mener au moins 200 entretiens qui couvrent tous les territoires ayant à minima 1 portail open data actif. Je fais appel à toutes les collectivités identifiées ci-dessous mais aussi à toutes celles qui souhaiteraient faire remonter leurs besoins de connaissances/savoir-faire. Les entretiens ne durent que 30 minutes et donnent lieu à une restitution sous la forme d’un classement des domaines de connaissances identifiées comme prioritaires.

Pour me contacter : arthur.sarazin@etu-iepg.fr

 

 

Territoires interrogésTerritoires à interroger
Région Bourgogne Franche-ComtéMétropole du Grand Paris
Ville d’AvignonVille du Havre
Montpellier MétropôleMétropole Européenne de Lille
Département Haute-GaronneVille de Mulhouse
Région Centre-Val de LoireVille de Strasbourg
Métropôle Grenoble-AlpesGrand Lyon (métropole)
Digne-les-BainsVille Nice
Grand PoitiersVille de Marseille
Bordeaux Métropôle
Angers Loire Métropole
Nantes Métropole
Brest Métropole
Rennes Métropole

 

 

Catégories : Méthodologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *