On trouve des plateformes dans les secteurs et les industries les plus florissants. Les GAFA sont des plateformes, votre iPhone est une plateforme. Selon Nicolas Colin, elle constitue le modèle qui permettra de structurer les organisations qui auront pris le virage de la transformation numérique. Un modèle de réussite donc.

Mais quels sont les mécanismes qui permettent à une plateforme d’acquérir toujours plus de fonctionnalités, toujours plus d’utilisateurs ? Par quels biais s’assurent-elles une rente en perpétuelle croissance ?

Pour certains auteurs, la facteur principale des plateformes tient dans le design de mécanismes de gouvernance des plateformes (Allen and Varga, 2006 ; Benbya and McKelvey, 2006 ; Tanriverdi et al., 2010). Ils conçoivent une plateforme comme un intermédiaire entre deux types d’utilisateurs : les fournisseurs de modules hétérogènes d’un côté (offre) et de l’autre les bénéficiaires de ces modules (demande) comme l’indique la figure ci-dessous.

Eléments de l’écosystème d’une plateforme selon Eisenmann et al. (2008)

La gouvernance correspond aux processus mis en place qui administrent les opérations des deux côtés de la plateforme (offre et demande) de manière à s’assurer de leur co-évolution. La gouvernance stimule l’offre de modules hétérogènes (logiciels, données) en attirant de la demande (utilisateurs) et inversement, elle stimule la demande en attirant l’offre.

Dans ce cadre, la gouvernance parfaite pour ces plateformes consiste à atteindre un équilibre permettant de garder suffisamment de contrôle sur le développement de l’offre pour assurer l’intégrité de la plateforme tout en laissant des zones de liberté aux utilisateurs.

Fragile équilibre ! D’un côté, elles font face au risque de perdre leur intégrité du fait d’une offre et d’une demande toujours plus hétérogènes. De l’autre, la défense de l’intégrité risque de tarir la source de créativité à l’origine du renouvellement de l’offre et de la demande.

Alors, quelles sont les stratégies éprouvées qui permettent d’atteindre cet équilibre ?

Nous reprenons ici les travaux de Tiwana et al. (2010) qui en identifie 3 :

  1. La gouvernance par le partage de l’autorité et des responsabilités (approche centrée autour de la répartition du pouvoir de décision sur chacun des composants de la plateforme)
  2. La gouvernance par l’alignement des intentions (approche centrée autour des démarches de contrôle de l’offre)
  3. La gouvernance par le partage de l’intérêt (approche centrée autour du partage de la propriété de la plateforme).

Nous donnons des exemples de plateformes open data ayant utilisé ces stratégies dans la thèse qui alimente ce blog et dont nous publierons certains extraits.

Allen, P. M., & Varga, L. (2006). A co-evolutionary complex systems perspective on information systems. Journal of Information Technology, 21(4), 229–238.

Benbya, H., & McKelvey, B. (2006). Toward a complexity theory of information systems development. Information Technology & People, 19(1), 12–34.

Tanriverdi, H., Rai, A., & Venkatraman, N. (2010). Research commentary—Reframing the dominant quests of information systems strategy research for complex adaptive business systems. Information Systems Research, 21(4), 822–834.

Tiwana, A., Konsynski, B., & Bush, A. A. (2010). Platform Evolution: Coevolution of Platform Architecture, Governance, and Environmental Dynamics. Information Systems Research, 21(4), 675–687.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *