Si l’on se place dans le temps long de la recherche, la littérature scientifique sur la smart city ne fait encore qu’émerger. Selon Silva-Morales (2017), elle a pris son essor dans les années 2010 au moment où l’Union européenne utilisait fréquemment ce terme pour désigner les perspectives de développement de l’espace urbain.

10 ans après, existe-t-il un consensus scientifique autour de la notion de smart city ? Sa définition est-elle suffisamment claire et son périmètre précisément délimité pour qu’on puisse l’étudier rigoureusement ?

Non, il n’existe aucune définition établie. Il règne un flou autour de cette notion qui s’insinue partout sans désigner aucun espace ni aucun acteur en particulier. Mais alors, comment l’étudier ?

Pour la saisir, il faut acter son caractère dynamique et changeant. En ce sens, Dameri (2017) propose de définir la smart city comme une notion ombrelle, c’est à dire :

Une notion à géométrie variable configurée ad hoc selon les dimensions mobilisées prioritairement dans un territoire

Dameri (2017, p.7)

D’une certaine manière, cette définition sous-entend qu’aucune définition de la smart city prêt-à-porter n’existe et qu’il revient à chaque territoire de construire la sienne. Aussi pouvons-nous nous attendre à voir cette notion s’étendre à l’avenir, comme une ombrelle qui se déploie, et avec elle la pluralité de ses formes. La figure ci-dessous montre les différentes formes recensées en 2017.

Figure : représentation de la smart city comme notion ombrelle.
Source : Silva-Morales (2017)

Si l’on voit se dessiner une définition de la smart city, celle-ci laisse entrevoir une difficulté scientifique significative : comment étudier un objet dont la forme évolue significativement et rapidement ? quelle méthodologie pour approcher un objet de recherche aux contours changeants et aux frontières mal définies ?

Cette difficulté a fait l’objet de certaines parties de la thèse qui alimente ce blog et dont nous publierons des extraits.

Dameri, R. (2017), Using ICT in Smart City, in R. Dameri, ed., ‘Smart City Implementations, Progress in IS’, Springer International Publishing Switzerland, chapter 3, pp. 45–65.

Silva-Morales, M. J. (2017). Comprendre la transformation institutionnelle et structurelle d’un système de service public urbain qui devient smart: une approche néo-schumpétérienne pour comprendre l’innovation technologique et institutionnelle dans les systèmes de service (Doctoral dissertation, Grenoble Alpes).


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *